Formation et taille des arbres fruitiers

Formation et taille des arbres fruitiers

pommier oblique

Quels outils ?

Il vous faudra un sécateur bien affûté pour faire des coupes franches, et il faudra le nettoyer à l’alcool régulièrement pour ne pas transmettre d’éventuelles maladies entre différents arbres.

Un coupe-branches vous aidera à tailler les plus grosses branches.

 

secateur

Quand tailler ? Selon quel but ?

Dans tous les cas la taille est à éviter pendant les périodes de gel et les périodes humides.

  • Taille de formation : La taille de formation se pratique dès le plus jeune âge du sujet, elle se fait en hiver, mais plus on attend, meilleure sera la reconnaissance des bourgeons. Février-mars est la période idéale.
  • Taille d’entretien : Elle s’effectue quand l’arbre est au repos en automne avant l’hiver. Elle consiste au nettoyage de l’arbre, enlever le bois mort, les fruits restant et surtout comportant la moniliose, tailler les rejets du porte-greffe, et les branches qui se croisent ou trop denses au creux de l’arbre.

 

 

 

 

Comment procéder ? 

Les principes de bases :
On taille les branches en biseau pour que l’humidité ne stagne pas sur la section. Une mesure qui vise à enrayer les facteurs favorables à l’entrée de maladie dans l’arbre. Le sens du biseau doit être de façon à ce que l’eau ruisselle à l’opposé du bourgeon pour éviter qu’il ne pourrisse -> voir sur le shémas la coupe N°4.
Selon votre sécateur pour droitier ou gaucher la lame se retrouve à gauche ou à droite, pour la taille vous devez positionner la lame du côté de la branche restante et juste après un œil positionné vers l’extérieur de l’arbre pour ne pas avoir de branches qui s’enchevêtrent.

Déterminer les branches qui deviendront les charpentes (branches principales), et taillez ces charpentes à l’endroit où vous souhaitez voir de nouveaux départs arriver. Le mieux sera de tailler juste au dessus d’un bourgeons orienté vers l’exterieur de l’arbre, et peut être d’eborgner avec la pointe de l’ongle le bourgeon juste au dessous pour évité la surcharge de branches.

De manière générale la règle est de favoriser l’aération dans l’arbre pour que la lumière et l’air circulent même lorsqu’il sera en feuille. Moins les fruits seront recouverts par la végétation plus les fruits seront beaux. 

Quand votre arbre est entretenu régulièrement et dans les bonnes conditions météorologiques ce ne sont que des petites branches que vous devriez tailler, le mastic de cicatrisation n’est pas nécessaire.

Différents organes à reconnaître :

Les bourgeons :


1. Les bourgeons à bois : ils sont fins, réduit en taille et reste très proche du rameau qui les supporte.
2. Les boutons à fleurs : ils sont plus gros, ronds et recouverts de grosses écailles brunes un peu rougeâtres.

Les branches:

Les charpentières sont le squelette de l’arbre, les branches principales.
Les coursonnes (voir numéro 2 sur le schéma) sont les branches secondaires qui vont supporter les boutons floraux, les fruits et brindilles.
Puis les brindilles (voir numéro 1 sur le schéma) sont le derniers niveau de branches, les bois les plus jeunes de l’année.

les branches

Une technique de taille fruitière, en trigemme :

taille trigème

C’est une technique de taille des brindilles qui vise à ne garder que trois yeux. En taillant les premières brindilles à trois yeux, elles deviendront ensuite des coursonnes. Vous pouvez très bien vous arrêter à ce principe, mais en comprenant le mécanisme vous pourrez ajustez au mieux cette technique.

Les 3 yeux sont soumis à différents flux de sève lors du départ en végétation, ce qui influencera différentes transformations que vous pouvez observer sur le schéma ci-dessus:
L’œil à la base positionné plus horizontalement est le moins alimenté en sève il restera latent ou au mieux donnera un dard (organe qui devient un bouton floral quand l’arrivée de sève le permet sinon il sera latent)
L’œil du milieu qui reçoit moyennement la sève sera soit un dard dans une évolution normale,soit latent dans une évolution réduite, ou encore une brindille dans le cas d’une évolution excessive.
L’œil à l’extrémité, qui sera le plus alimenté en sève donnera un rameau à bois qui à son tour sera taillé l’année suivante en comptant toujours 3 yeux de la charpente à la brindille en incluant les yeux de la coursonne.

Les formes d’arbres fruitiers : 

Avant tout il vous faudra réfléchir et choisir la forme désirée. Pour cela différents critères sont à prendre en compte :
– L’espace que vous souhaitez mettre à disposition,
– La variété voulue,
– L’esthétisme recherché : les formes palissées (cordons, verriers, U, double U,…)  sont particulièrement belles par leurs structures géométriques.
– La facilité de récolte : les forme basses sont plus faciles à récolter tandis que les arbres sur tige nécessitent une échelle pour la récolte.
– Le mode de culture préféré : pour la taille une forme palissée demandera une certaine rigueur chaque année et un arbre sur tige demandera de s’élever à l’aide d’une échelle.

Les cordons :

Les palmettes :

Les formes isolées pour porte greffe moyen et fort :

arbres isolésDifférentes forme peuvent être réalisées quand on possède un jeune arbre fruitier. Le scion d’un an est à privilégier.

Ci-dessus les différentes formes d’arbres fruitiers. Les cordons sont utilisés pour marquer des délimitations basses. Les palmettes sont à planter contre un mur, un grillage, même en verger mais dans tous les cas ils ont besoin d’un support. Les gobelets et arbres sur tige seront à planter plutôt isolé.
Selon la forme souhaitée le choix du porte-greffe sera déterminant ! C’est pour cela que choisir son arbre fruitier directement chez le producteur donne souvent de bien meilleurs résultats car le porte-greffe donne la vigueur plus ou moins forte à l’arbre. Si on souhaite avoir un arbre palissé de petite envergure, peu encombrant et que vous achetez un arbre sans connaître le porte-greffe, les résultats peuvent être très varié ; il peut prendre beaucoup trop d’espace et faire peu voir pas de fruits.

Dans le cas des formes palissées vous devrez choisir un porte-greffe de faible vigueur (par exemple M9 pour les pommiers, Cognassier pour les Poiriers). Pour les formes moyennes (gobelet, basses-tiges, demi-tiges), un porte-greffe de vigueur moyenne sera plus adapté (par exemple, MM106 pour les pommiers, Cognassier BA29 pour les poiriers,…)
Enfin le porte-greffe Franc, le plus vigoureux des portes-greffes sera utilisé pour les arbres à grand développement (Malus Bittenfelder pour pommier, Pyrus Kirchensaller pour poirier, Prunus avium pour cerisier,…)

Pour votre acquisition vous devrez d’abord choisir la forme de votre arbre, puis vous pourrez choisir la variété souhaitée avec un porte-greffe adapté. Vous pouvez retrouver plus d’informations pour le choix de votre porte-greffe sur la page : Comment choisir votre arbre fruitier.

La taille de formation : 

  • Pour les arbres isolés sur tige, demi-tige et gobelet : 

Il vous faudra suivre les règles de bases énoncées au début dans le paragraphe “Principes de bases”.

  • Pour les formes palissées : 

Si vous souhaitez un arbre palissé, il faudra absolument penser à l’armature qui soutiendra votre arbre ! Elle vous servira pour conduire et lier les branches, mais elle sera aussi nécessaire à la stabilité de l’arbre qui aura une prise au vent plus importante.

taille / année

La première année de taille:
Quand l’arbre arrive en période de repos taillez le scion au-dessus de 3 yeux pour une forme Verrier par exemple, 2 yeux pour une forme en double U, de façon à laisser le nombre de bourgeons nécessaires au nombre de départ désirés. (Un oeil est là où se trouve un bourgeon). Une fois les brindilles sorties, vous pouvez attendre l’été pour les inclinez à l’oblique (en août) et en vous y reprenant à une deuxième fois pour arriver à l’horizontale (en septembre) selon la forme souhaité. Ils suffira ensuite de maintenir les brindilles au treillage avec du lien souple. Chaque année au moment de tailler vos arbres prenez aussi ce temps pour vérifier vos liens, ils ne doivent jamais étouffer vos branches, au risque que la sève ne monte plus.
La deuxième année de taille:
les même principes que pour la première année sont à appliquer.

A savoir que les charpentes centrales verticales doivent toujours être plus courtes que celles aux extrémités. Comme la sève monte de façon verticale elle sera plus abondante dans les branches verticale du centre de l’arbre. En ayant les charpentes centrales plus courtes ont favorise la monté de sève vers les charpentes extérieur.

taille

Puis lorsque votre arbre sera formé, plus ou moins d’années de taille selon la forme, il faudra continuer chaque hiver de tailler les charpentes en laissant maximum 20cm de bois de l’année pour renforcer la forme de l’arbre et rentabiliser la production de fruit.
En effet les charpentières doivent être solides et rigides pour supporter le poids des fruits à venir. Pour cela leurs allongement
doit se faire de façon modérée, pour que leur diamètre puisse augmenter. Les allongements trop rapides donnent des branches plus fragiles et avec moins de coursonnes donc moins de fruits.
Ensuite on pratique la technique trigemme pour les coursonnes qui consiste à éliminer les pousses inutiles afin de conserver la forme de l’arbre tout en maximisant la production de fruits proche des branches charpentières.

Pommiers
29 items
Poiriers
12 items
Cerisiers
10 items
Pruniers
2 items